Le grand départ

Le grand départ

Le jour du grand dĂ©part approchait ; tout Ă©tait en règle et j’avais enfin reçu mon VISA J1. Il ne me restait plus qu’Ă  prĂ©parer mes bagages et Ă  m’envoler vers les Etats-Unis. Dans cet article je vais vous parler des prĂ©paratifs, du voyage et enfin, de mon voyager vers les Etats-Unis.

Les bagages

Peu de temps après m’avoir annoncĂ© que j’Ă©tais acceptĂ© en VIE, Woodshelle Comeau (Group HR & Global Mobility Specialist) m’a invitĂ© Ă  me rendre au siège de Coface afin d’Ă©changer sur mon VIE. L’objectif Ă©tait de me rappeler les spĂ©cificitĂ©s du programme et de m’Ă©clairer sur les points restant Ă  clarifier. Un des points abordĂ©s Ă©tait celui des bagages.

Prise en charge du transport de bagages supplémentaires

Dans le cadre d’un VIE, l’entreprise prend en charge le transport (aller et retour) de bagages supplĂ©mentaires Ă  hauteur de 150 kg. Bien souvent, c’est le volontaire qui se charge de commander cette prise en charge et l’entreprise le rembourse après-coup (sur prĂ©sentation des factures). Certains les font venir par bateau et d’autres payent directement le supplĂ©ment au moment d’enregistrer les bagages Ă  l’aĂ©roport.

Pour ma part, je suis chanceux car Coface n’exige pas une copie de la facture. En d’autres termes, elle verse une somme forfaitaire au candidat et ce dernier l’utilise comme bon lui semble. Je suis ainsi parti sans bagages supplĂ©mentaires en faisant le pari qu’il Ă©tait plus Ă©conomique d’acheter des vĂŞtements sur place. J’ai ainsi reçu 650 euros Ă  l’occasion du versement de ma première indemnitĂ© et j’en recevrai 650 autres quand l’heure du retour viendra. Vous aurez facilement fait le calcul, sur l’ensemble du VIE, ça fait 1300 euros. C’est un budget plus que confortable pour acheter ce qu’il me manque. Le seul point nĂ©gatif est que cela implique de jeter une partie de mes affaires avant de repartir du pays…

Transporter l’essentiel dans deux valises

Mickey Mouse Packing Struggles
Mickey Mouse Packing Struggles

Atteindre l’objectif du zĂ©ro bagage supplĂ©mentaire a impliquĂ© plusieurs contraintes dont celle de se plier Ă  la politique en vigueur concernant le transport des bagages dans l’avion. J’avais le droit Ă  une grande valise de 23 kg et Ă  une valise cabine dont le poids pouvait ĂŞtre sans limites.

Dis-moi ce que ta valise contient et je te dirai qui tu es.

J’ai Ă©tĂ© Ă  l’essentiel tout en optimisant le contenu et sa rĂ©partition. J’ai placĂ© les Ă©lĂ©ments les plus lourds et compacts dans ma valise cabine, notamment un MacBook Pro, un iPad, une enceinte Bose SoundLink Mini, une 3DS et une Kobo Mini, le tout Ă©tant protĂ©gĂ© par des câbles et deux serviettes.

J’ai rempli l’autre valise avec des vĂŞtements et quelques consommables. Je suis parti avec de quoi tenir 7 jours en termes de pièces quotidiennes (chaussettes, t-shirt…). Puis j’y ai ajoutĂ© des pièces un peu plus nobles, telles que des vestes, des pantalons, un costume, diffĂ©rentes paires de chaussures, etc. Ma garde-robe oscillait entre le pratique pour les activitĂ©s touristiques et l’habillĂ© pour aller travailler. J’y ai aussi placĂ© quelques produits pharmaceutiques car les crèmes que j’utilise tous les jours (Avène) sont 3 fois plus cher aux Etats-Unis qu’en France. Les 23 kg ont Ă©tĂ© rapidement atteints. J’ai du m’y reprendre Ă  plusieurs fois pour trouver la combinaison optimale. DifficultĂ© supplĂ©mentaire, ma valise vide faisait dĂ©jĂ  8 kg…

Le voyage vers les Etats-Unis

I'm going to an adventure
I’m going to an adventure!

Pour me rendre Ă  l’aĂ©roport Charles de Gaulle, j’ai dĂ» faire avec la grève SNCF. J’ai prĂ©fĂ©rĂ© ne pas tenter le diable en pariant sur un hypothĂ©tique TGV. Je m’en suis remis Ă  BlaBlaCar. J’ai dĂ©coupĂ© mon voyage en deux. Un premier covoiturage m’a conduit jusqu’à la citĂ© des rois : Reims. Le deuxième, m’a amenĂ© jusqu’Ă  l’aĂ©roport. Rapidement, les bases de mon VIE furent posĂ©es. J’avais voyagĂ© en compagnie d’inconnus et Ă©changĂ© avec eux. Nous Ă©tions serrĂ©s dans la voiture, mais heureux de nous rencontrer et d’aller vers diffĂ©rentes aventures aux quatre coins du monde.

Ensuite, une fois Ă  l’aĂ©roport, j’ai enregistrĂ© ma grande valise. 22,8 kg… Ouf, j’Ă©tais en dessous de la limite autorisĂ©e. Juste avant cela, j’avais eu droit Ă  un premier contact avec des agents de la sĂ©curitĂ©. On m’a demandĂ© pourquoi j’allais aux Etats-Unis et quel Ă©tait mon mĂ©tier. Ils ont aussi cherchĂ© Ă  savoir si j’avais prĂ©parĂ© seul ma valise et si je l’avais laissĂ©e sans surveillance ne serait-ce qu’un instant.

Après ces quelques pĂ©ripĂ©ties, je me suis enfin retrouvĂ© dans l’avion, le cĹ“ur battant au rythme de mon impatience et de l’excitation. Mon VIE devenait très concret et j’ai souri bĂŞtement au moment oĂą l’avion s’est envolĂ©.

Une fois dans les airs et l’ocĂ©an atlantique Ă  perte de vue, j’ai eu la bonne surprise de constater que j’avais accès, via le wifi de l’avion, Ă  Facebook Messenger et iMessage. J’ai aussi profitĂ© de la collection de films et sĂ©ries mise Ă  disposition pour me divertir et tromper mon impatience. Au passage, j’ai investi juste avant mon dĂ©part dans un casque Bose QuietComfort 25. Ce casque a pour particularitĂ© de proposer une rĂ©duction de bruit active. J’ai trouvĂ© le vol moins fatiguant grâce Ă  lui. Il a fait son job mais sans pour autant rĂ©duire totalement les bruits divers de l’avion.

Enfin, après avoir volĂ© 8 heures Ă  10 000 mètres d’altitude, j’ai Ă©tĂ© sidĂ©rĂ© de voir New York City depuis l’avion. Je n’avais jamais Ă©tĂ© aux Etats-Unis avant, et j’avais comme tout le monde beaucoup entendu parler de cette ville incroyable. C’Ă©tait pour moi d’une certaine façon une lĂ©gende, un rĂŞve, un mythe, et voilĂ   qu’elle Ă©tait belle et bien lĂ , se laissant parcourir du regard, suscitant l’admiration de tous les passagers et me faisant frissonner.

Quelques instants plus tard, l’avion s’est posĂ© sous un soleil de plomb. Puis, quelques minutes ont passĂ© et j’ai enfin posĂ© mes pieds sur les Etats-Unis.

  • New York vue depuis le ciel
    New York vue depuis le ciel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *