Des premières minutes aux premiers jours

La Liberté éclairant le monde
La Liberté éclairant le monde

C’est fatiguĂ©, mais excitĂ© par cet instant hors du commun, que je suis arrivĂ© Ă  l’aĂ©roport de Newark, le 3 mai Ă  17H40 heure locale (5H40 du matin en France). Le printemps venait probablement de commencer ce jour-lĂ  car les forĂŞts que j’avais aperçu depuis le ciel Ă©taient encore grises mais la tempĂ©rature Ă©tait digne d’un Ă©tĂ© portugais. Je devais maintenant passer la U.S. Customs and Border Protection (CBP) et sauter dans un taxi pour achever mon voyage jusqu’Ă  Princeton.

La U.S. Customs and Border Protection (CBP)

Un agent de la CBP passant en revue un couple de voyageurs
Un agent de la CBP passant en revue un couple de voyageurs

J’ai beaucoup apprĂ©hendĂ© ce moment de mon voyage car je savais que c’Ă©tait l’ultime Ă©tape avant de pouvoir dire que j’Ă©tais aux Etats-Unis. En effet, la Customs and Border Protection (CBP) a le droit de vie ou de mort sur les sĂ©jours des personnes souhaitant entrer sur le territoire. Un document pas en règles ou un regard de travers pouvait faire sauter mon VIE et me placer immĂ©diatement et contraint dans un avion pour l’hexagone.

Il y avait plusieurs files d’attente, dont certaines qui Ă©taient rĂ©servĂ©es aux citoyens des Etats-Unis. J’ai patientĂ© environ 50 minutes avant que mon tour ne vienne. J’ai ensuite avancĂ© et donnĂ© Ă  l’agent mon passeport, ouvert Ă  la page de mon VISA, et le formulaire DS-2019. Elle m’a alors dĂ©visagĂ©, puis demandĂ© ce que je venais faire aux Etats-Unis et oĂą j’allais rĂ©sider. Ensuite, elle m’a invitĂ© Ă  poser ma main sur un lecteur d’empreintes digitales (les quatre doigts de la main droite, puis le pouce, puis de meme pour la main gauche) et m’a photographiĂ©. Après quoi, elle a tamponnĂ© mon VISA et m’a donnĂ© un petit papier Ă  prĂ©senter plus loin Ă  la douane. L’Ă©change n’a pas Ă©tĂ© des plus chaleureux mais pas effrayant non plus.

J’Ă©tais soulagĂ© d’avoir passĂ© cette Ă©tape. Il ne me restait plus Ă  prĂ©sent qu’Ă  rĂ©cupĂ©rer ma valise et passer la douane. Je l’ai facilement retrouvĂ©e sur le tapis circulaire de l’aĂ©roport car je l’avais renforcĂ©e avec une sangle très colorĂ©e. Après quoi, j’ai de nouveau attendu dans une file d’attente pour cette fois passer la douane. Un agent rĂ©partissait les gens en fonction de ce qui Ă©tait Ă©crit sur le petit papier obtenu plus tĂ´t Ă  l’Ă©tape CBP. Certains allaient ainsi du cĂ´tĂ© « inspection longue et totale des bagages » et les autres Ă©taient libres de continuer vers la sortie de l’aĂ©roport. J’ai croisĂ© les doigts pour que je tombe sur la deuxième option car je n’avais plus qu’une seule envie, celle d’arriver au plus tĂ´t Ă  Princeton et de pouvoir enfin me reposer. J’ai prĂ©sentĂ© le papier Ă  l’agent, guettant et apprĂ©hendant sa rĂ©action et joie, son bras s’est tendu en direction de la sortie de l’aĂ©roport.

En route pour Princeton

Suivant les panneaux EXIT et TAXIS dans ce labyrinthe que peuvent ĂŞtre les aĂ©roports, j’avançais en trainant derrière moi mes deux valises. Au bout d’un moment, j’ai aperçu au loin la dernière porte Ă  franchir, celle qui donnait enfin sur l’extĂ©rieur, j’ai alors marchĂ© prĂ©cipitamment vers elle. Je me suis alors retrouvĂ© dehors, sous un soleil de plomb et j’ai dĂ©gainĂ© mon iPhone pour commander un Uber pour me rendre Ă  Princeton.

Commander un Uber en sortant de l'aéroport, c'est pratique
Commander un Uber en sortant de l’aĂ©roport, c’est pratique.
Petite aparté, j'ai pu commander un Uber depuis mon iPhone aussi rapidement car j'avais pris mes dispositions avant de quitter notre belle France. Deux mois avant mon départ, j'étais passé chez Sosh chez RED by SFR car ils proposaient un forfait à 15 euros par mois très intéressant. Pour ce prix, j'ai obtenu 15 GO de DATA en 4G et les appels et les SMS illimités en France... et aux Etats-Unis et Canada. Oui, vous avez bien lu. Ça fait déjà plus de 4 mois que je suis aux Etats-Unis et ça fonctionne toujours aussi bien. Je ne peux que vous recommander de prendre vos dispositions pour avoir internet sur votre smartphone dés votre arrivée, c'est un vrai plus.

Une fois le Uber arrivĂ©, j’ai mis mes bagages dans son coffre et je suis rentrĂ© Ă  l’intĂ©rieur. Nous avons alors roulĂ© ensembles pendant une bonne heure. Pendant que le conducteur me faisait la conversation, je regardais Ă©bahis Ă  travers la fenĂŞtre cette grande route qui comptait 12 voies de circulation et les très nombreux magasins, restaurants et motels qui la bordaient. Ma vision Ă©tait stimulĂ©e de tous les cĂ´tĂ©s par toutes ces petites et grandes diffĂ©rences qui me confirmaient que j’Ă©tais bien arrivĂ© aux Etats-Unis. Une fois encore, j’Ă©tais sur un petit nuage en me disant que je vivais un moment incroyable et unique et que la vie Ă©tait belle.

Un camion américain, impossible de ne pas les remarquer
Un camion américain, impossible de ne pas les remarquer

Le trajet a passĂ© rapidement et la voiture a commencĂ© Ă  ralentir pour sortir de la U.S. Route 1, cette route longue de 3813 km allant du Canada Ă  la Floride. Très rapidement, la voiture s’est arrĂŞtĂ©e car l’hĂ´tel oĂą j’allais aller passer la nuit Ă©tait accolĂ© Ă  cette route. Après avoir rĂ©cupĂ©rĂ© mes bagages, le conducteur m’a souhaitĂ© bonne chance et est reparti en direction de Newark.

De l’hĂ´tel Ă  l’Airbnb

La chambre que j'ai occupé dans un Extended Stay America à proximité de Princeton
La chambre que j’ai occupĂ© dans un Extended Stay America Ă  proximitĂ© de Princeton

Je n’avais pas grand-chose Ă  manger ce soir-lĂ . Comme il faisait nuit et que l’hĂ´tel semblait Ă©loignĂ© de tout sauf de la US route 1 et de ses 6 voies, j’ai pris deux-trois choses Ă  manger au distributeur situĂ© Ă  la rĂ©ception de l’hĂ´tel. Gastronomique et healthy ne sont pas des adjectifs me permettant de dĂ©crire mon tout premier repas amĂ©ricain. Cependant, je me disais que je me rattraperais au petit dĂ©jeuner car j’avais rĂ©servĂ© une chambre avec cette option.

Le lendemain, affamĂ©, je suis descendu Ă  la rĂ©ception pour prendre mon petit dĂ©jeuner et lĂ , ce fut le drame. Je m’Ă©tais imaginĂ© dĂ©vorant du pain, des cĂ©rĂ©ales, des donuts et des fruits, tout en buvant un bon jus d’orange et un chocolat chaud. Que nenni. Il y avait juste de l’eau chaude et des sachets en poudre (cafĂ© / chocolat / soupe) pour les boissons et des snacks pour la nourriture.

Mon tout premier petit déjeuner aux Etats-Unis...
Mon tout premier petit dĂ©jeuner aux Etats-Unis…

Après ce petit dĂ©jeuner plus petit que dĂ©jeuner, je suis remontĂ© dans ma chambre, dĂ©pitĂ© et amusĂ© par la situation. J’ai refermĂ© mes valises et j’ai quittĂ© l’hĂ´tel. J’ai ensuite pris un Uber direction un centre commercial (Quaker Bridge Mall) pour perdre du temps car je ne pouvais pas rejoindre mon premier vrai logement avant 16h00. Fort heureusement, il y avait de quoi s’occuper : des sièges confortables, des prises USB, du Wifi et un food court regroupant des spĂ©cialitĂ©s culinaires des 4 coins du monde en version fast food.

Les Ubers n’Ă©tant pas donnĂ©s, j’ai tentĂ© l’option transports publics en me renseignant bien en amont. J’ai pris vers 15h30 le bus numĂ©ro 600 de la compagnie NJ Transit. Je savais que je devais descendre Ă  une station appelĂ©e Princeton Junction mais le bus ne disposait pas d’un affichage listant tous les arrĂŞts, il m’Ă©tait donc compliquĂ© de savoir oĂą j’en Ă©tais. J’ai donc ouvert Google Maps pour surveiller le chemin empruntĂ© par le bus en direct afin de savoir quand je devais descendre. Après de longues minutes, j’ai enfin vu sur l’Ă©cran de mon iPhone le point bleu me reprĂ©sentant s’approcher de la gare Princeton Junction.

J’ai cherchĂ© mĂ©caniquement un petit interrupteur STOP pour demander un arrĂŞt au conducteur mais je ne l’ai pas trouvĂ©. J’ai alors observĂ© le bus et comment les autres faisaient pour obtenir du conducteur qu’il marque l’arrĂŞt. C’est alors que j’ai vu qu’un bandeau jaune parcourait l’intĂ©rieur du bus dans toute sa longueur. Il fallait le presser pour dĂ©clencher le signal. C’Ă©tait tout bĂŞte, mais il fallait le savoir. Mon doigt a rencontrĂ© ce plastique jaune et peu propre et un « ding » (ou un « dĂ´ng », selon interprĂ©tation) de confirmation a retenti dans tout le bus.

Push Touch-tape on Light Panel to signal driver to stop
Push Touch-tape on Light Panel to signal driver to stop

Peu après, je suis descendu et j’ai marchĂ© 15 longues minutes sur une route comme on en voit Ă  la campagne portugaise et sous un soleil Ă©crasant comme… on… le voit… Ă  la campagne portugaise. Une route avec quelques grandes maisons d’un cĂ´tĂ© et un bois de l’autre cĂ´tĂ©. Une route oĂą l’on croise très rarement des piĂ©tons mais beaucoup de voitures qui roulent assez vite.

La route jusqu'au logement que j'ai occupé le premier mois
La route jusqu’au logement que j’ai occupĂ© le premier mois

Enfin, je suis arrivĂ© devant le logement que j’avais rĂ©servĂ© sur Airbnb et que j’allais occuper pendant un mois. Mon voyage prenait rĂ©ellement fin devant cette très grande maison perdue dans un environnement qui m’Ă©tait peu familier. Je suis rentrĂ© et il y faisait très frais, ce qui tranchait avec les 35 degrĂ©s humides de l’extĂ©rieur. Lifan, une femme charmante et serviable, m’a souhaitĂ© la bienvenue, m’a montrĂ© les diffĂ©rentes pièces de sa très grande maison et m’a conduit dans ma chambre.

Le 108 Washing Road, une grande maison disponible sur Airbnb
Le 108 Washing Road, mon tout premier logement aux Etats-Unis

Quelques instants après, je refermais la porte et m’allongeais sur le lit. Mon voyage venait de se terminer. Je pouvais enfin souffler un peu. Cependant le repos s’annonçait de courte durĂ©e car il me fallait encore vider mes valises, m’orienter dans le quartier et faire quelques courses pour notamment me nourrir…

Une rĂ©ponse sur “Des premières minutes aux premiers jours”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *