Assurer sa voiture, repasser le permis de conduire et obtenir ses plaques d’immatriculation


Notice: Undefined index: file in /home/giovanetim/blog-vie-usa/wp-includes/media.php on line 1558

J’étais heureux, je venais d’acheter ma toute première voiture et c’était aux États-Unis, tout un symbole. Enfin ça, c’était en thĂ©orie. En pratique, j’étais juste pour le moment propriĂ©taire d’une feuille de papier. Cette dernière devait me permettre d’officialiser le changement de propriĂ©taire et d’obtenir des plaques d’immatriculation. Dans cet article je vais vous parler d’assurances automobiles, du permis de conduire version États-Unis (plus prĂ©cisĂ©ment celui du New Jersey) et de l’acquisition des plaques d’immatriculation.

Assurer sa voiture

Aux États-Unis, comme en France, il est interdit de rouler sans assurance. Cependant, lĂ  oĂą gĂ©nĂ©ralement en France l’assurance du vendeur protège la voiture jusqu’à minuit le jour de l’achat, aux États-Unis, la voiture cesse d’être assurĂ©e dĂ©s le moment oĂą le Certificate of title est signĂ©. Il faut donc assurer le vĂ©hicule avant de l’acheter, sinon, il sera lĂ©galement impossible de le dĂ©placer jusqu’Ă  chez vous après votre achat.

Comparer les différentes offres

Me sentant Ă  l’Ă©poque trop peu Ă  l’aise en anglais pour demander des devis par tĂ©lĂ©phone et craignant de me faire rouler par un commercial, j’ai dĂ©cidĂ© de restreindre mon enquĂŞte Ă  internet. Pour comparer les diffĂ©rentes offres, j’ai eu besoin du VIN de la voiture que je voulais assurer et de mon permis de conduire français. Après plusieurs heures, je suis arrivĂ© Ă  mes fins et il ne restait plus que deux candidats dans ma liste de compagnie d’assurances potentielles : PROGRESSIVE et GEICO.

J’ai personnellement eu assez de temps pour comparer diffĂ©rentes offres d’assurances, si jamais ça n’Ă©tait pas votre cas, sachez que vous vous pourriez tout Ă  fait souscrire temporairement Ă  une assurance pour acheter votre vĂ©hicule et la rĂ©silier une semaine après pour une plus avantageuse.

Un menu Ă  la carte

A deux-trois dollars prĂŞts, le montant de la facture Ă©tait le mĂŞme chez PROGRESSIVE et GEICO. Pour ce qui est de la couverture, elle est personnalisable. J’ai beaucoup jouĂ© avec les diffĂ©rentes options et je suis finalement arrivĂ© Ă  la formule suivante :

La couverture de mon assurance automobile

Vous remarquerez peut-ĂŞtre que ma propre couverture mĂ©dicale (Personal Injury Protection – 15 000 dollars dont 2 500 dollars dĂ©ductibles) est nettement infĂ©rieure Ă  celle des gens que je pourrais blesser (Bodily Injury Liability – 100 000 dollars par personne – 300 000 dollars maximum par accident). Étant dĂ©jĂ  assurĂ© par APRIL INTERNATIONAL dans le cadre de mon VIE, je n’ai pas besoin d’un second assureur pour mes dĂ©penses mĂ©dicales. J’ai ainsi Ă©conomisĂ© quelques dollars ici et lĂ , poussĂ© par le prix exorbitant de cette assurance. En jouant un peu avec ces assistants, j’ai rapidement rĂ©alisĂ© que pour certaines options, passer d’une couverture de 50 000 dollars Ă  100 000 dollars ne rajoutait que 2 ou 3 dollars par mois. Je recommande donc de bien prendre son temps pour comprendre et choisir une couverture adaptĂ©e.

L’addition et comment payer moins

J’ai finalement choisi PROGRESSIVE car contrairement Ă  GEICO, leur site internet acceptait les permis de conduire français. Ils me demandent en moyenne 156 dollars par mois pour assurer ma Scion tC de 2010. Vous l’aurez compris, l’assurance automobile n’est pas donnĂ©e aux États-Unis. J’arrive Ă  Ă©conomiser un peu d’argent supplĂ©mentaire en payant une avance sur les six prochains mois (presque 900 dollars). Aussi, quand ils m’ont proposĂ© d’installer dans ma voiture un petit accessoire pour espionner ma conduite en Ă©change d’un rabais additionnel incertain, j’ai leur ai immĂ©diatement rĂ©pondu que s’ils pensaient que j’allais accepter d’ĂŞtre espionnĂ© de la sorte par leur bidule douteux pour Ă©conomiser juste deux ou trois dollars, ils avaient bien raison.

PĂ©riphĂ©rique d’espionnage de chez PROGRESSIVE

Le petit appareil en plastique gris est rapidement arrivĂ© dans ma boĂ®te aux lettres et fut facile Ă  installer. Il a trouvĂ© sa place rapidement, branchĂ© sur le port diagnostique de ma voiture, en dessous Ă  gauche du volant. J’ai ensuite roulĂ© plusieurs semaines avec, l’entendant s’exprimer Ă  travers des bips de mĂ©contentement Ă  chaque fois qu’il estimait (Ă  tort ou Ă  raison) que je freinais trop fortement. Il communiquait en direct Ă  mon assurance les heures auxquelles je roulais et sur quelles distances, ainsi que le nombre d’accĂ©lĂ©rations et freinages trop prononcĂ©s. Je disposais d’une page sur leur site internet me permettant de voir en direct les donnĂ©es reçues. A la fin de ce covoiturage insolite, je l’ai retournĂ© Ă  PROGRESSIVE et ils ont dĂ©terminĂ© que j’Ă©tais un bon conducteur (ouf), me concĂ©dant ainsi une nouvelle petite rĂ©duction.

Le petit appareil installé sous mon volant

Pour conclure sur le prix de l’assurance, j’ai contactĂ© PROGRESSIVE pour savoir comment ils justifiaient ce coĂ»t si Ă©levĂ©. Ils m’ont rĂ©vĂ©lĂ© que mon statut d’Ă©tranger me confĂ©rait un malus dont le montant ne pouvait m’ĂŞtre communiquĂ©. Ils m’ont cependant annoncĂ© qu’au bout de 18 mois, ce malus serait retirĂ©. Pas de chance, c’est pile la durĂ©e de mon VIE. J’ai aussi eu la mauvaise surprise de constater que toutes mes annĂ©es de conduite et mon historique exemplaire d’assurĂ© français n’ont eu aucune valeur aux yeux des assureurs amĂ©ricains. Enfin, pour terminer sur une note plus positive, PROGRESSIVE me couvre aussi quand je loue une voiture aux États-Unis, me permettant ainsi de refuser l’assurance du loueur, ce qui est plutĂ´t apprĂ©ciable quand on voyage dans ce grand pays oĂą la voiture est reine.

Obtenir un permis de conduire aux États-Unis

DMV Ă  Springfield, MVC dans le New Jersey, plusieurs noms pour un mĂŞme endroit.

La voiture m’appartenait donc officiellement et Ă©tait assurĂ©e, cependant, il me manquait encore les plaques d’immatriculation. J’ai demandĂ© Ă  la vendeuse si elle pouvait garder le vĂ©hicule garĂ© chez elle le temps que je fasse l’aller-retour au MVC (Motor Vehicle Commission) pour enregistrer la voiture et obtenir ces plaques.

A cet instant de l’article, vous vous demandez probablement quel est le rapport avec le permis de conduire aux États-Unis ? En effet, il est possible de conduire dans le New Jersey avec un permis français pendant trois mois. Ayant achetĂ© ma voiture un bon mois après mon arrivĂ©e, j’Ă©tais donc autorisĂ© Ă  la conduire.

Confiant, j’ai sautĂ© dans un bus et je me suis laissĂ© transportĂ© jusqu’au MVC le plus proche de chez moi, pensant que l’obtention de mes plaques d’immatriculation ne serait qu’une formalitĂ©. Que nenni ! Quand on m’a demandĂ© de remplir le formulaire d’enregistrement de ma voiture, j’ai rapidement repĂ©rĂ© la case Driving License Number que mon permis français ne me permettait pas de remplir. J’ai essayĂ© d’obtenir de la compassion de mon interlocuteur mais rien n’y a fait. Je me suis donc dit « très bien, reste calme, le MVC ferme dans 1h30, cela te laisse assez de temps pour passer le permis de conduire maintenant et remplir cette fichue case Driving License Number.

Passer le written driver test

La bonne nouvelle quand on dĂ©tient dĂ©jĂ  un permis de conduire français, c’est qu’on peut obtenir son Ă©quivalent amĂ©ricain via un processus accĂ©lĂ©rĂ©. C’est en tous cas le cas dans le New Jersey. Pour ce qui est des autres Ă©tats, le cheminement diffère. Je n’avais donc qu’Ă  passer l’examen du code de la route du New Jersey pour obtenir le prĂ©cieux sĂ©same.

Cet examen, baptisĂ© written driver test, comporte 50 questions diverses. Il faut rĂ©pondre correctement Ă  au moins 40 questions pour le rĂ©ussir. MĂŞme en Ă©tant bon conducteur en France, il ne doit pas ĂŞtre pris Ă  la lĂ©gère. Il vous faudra bien vous entrainer avant de vous y prĂ©senter. Notez que vous pouvez le repasser plusieurs fois en cas d’Ă©chec. Vous devrez cependant attendre au moins une semaine après un essai infructueux.

Comment s’entrainer ?

Pour m’entrainer, j’ai eu recours Ă  plusieurs supports. Le premier est le New Jersey MVC Handbook. C’est un peu la cheat sheet ultime puisque toutes les rĂ©ponses au quiz sont dans ce livre.

Le deuxième est le site internet driving-test.org qui propose plus de 600 questions sous forme de petits quiz avec difficulté graduelle.

Enfin, et c’est une petite trouvaille qui m’a Ă©tĂ© très utile, ce fichier PDF contient un ensemble de questions et de rĂ©ponses TRES SEMBLABLES (wink wink) Ă  celles que j’ai croisĂ©es pendant le vrai examen.

Cliquez sur l’image pour tĂ©lĂ©charger le fichier PDF

Quelques astuces

Il n’y a pas que l’entrainement qui compte, il y a aussi quelques astuces Ă  avoir en tĂŞte.

La première astuce est qu’il n’est pas nĂ©cessaire de rĂ©pondre aux questions dans l’ordre. L’examen dure 35 minutes, cela laisse assez de temps pour passer toutes les questions difficiles et y revenir plus tard. De plus, Il s’arrĂŞte dès que le candidat a donnĂ© 40 bonnes rĂ©ponses. Si vous passez les questions compliquĂ©es dans un premier temps, vous n’aurez peut-ĂŞtre mĂŞme pas y rĂ©pondre Ă  la fin.

La deuxième est de ne pas Ă©couter les questions avec le casque, l’orateur parle trop lentement et peu dĂ©concentrer. A la place, prenez le temps bien lire les questions et les rĂ©ponses. Restez calme et rĂ©pondez en prenant votre temps.

La troisième est de passer l’examen en anglais. Cette dernière astuce peut paraitre surprenante mais il est possible de passer l’examen en français. Le problème est que la traduction peut introduire des erreurs. De plus, vous aurez probablement dĂ©veloppĂ© des rĂ©flexes Ă  force de vous entrainer en anglais et la traduction pourrait les rendre caduques.

Le 6 points ID

Quand j’ai fait savoir Ă  l’accueil du MVC que je voulais passer l’examen Ă©crit, on m’a donnĂ© un petit carton avec un numĂ©ro inscrit dessus et un formulaire nommĂ© « APPLICATION FOR DRIVER EXAMINATION PERMIT« . Puis, j’ai Ă©tĂ© invitĂ© Ă  avancer vers la file d’attente de vĂ©rification d’identitĂ©. En attendant mon tour, j’ai rempli le formulaire suivant :

Formulaire initial pour passer son permis de conduire dans le New Jersey – Face avant…
… et face arrière.

Pour vĂ©rifier l’identitĂ© des candidats, le New Jersey utile une mĂ©thode appelĂ©e 6 points ID. Derrière ce nom se cache un système plus ou moins compliquĂ©. L’idĂ©e est que plusieurs documents peuvent servir de preuve (un passeport, une carte de crĂ©dit…). Ces diffĂ©rents documents ont plus ou moins de valeur, exprimĂ©e en points. Le but est d’avoir au moins 6 points au moment de la vĂ©rification. Pour savoir quels documents sont acceptĂ©s et pour combien de points, je vous invite Ă  consulter le document officiel explicatif. Dans tous les cas, en plus de ces documents, il faudra prĂ©senter un justificatif de domicile dans le New Jersey et une carte de sĂ©curitĂ© sociale amĂ©ricaine.

Extrait du document relatif au 6 points ID.

En Ă©change des preuves que j’ai avancĂ©, j’ai obtenu le droit de continuer vers un autre guichet oĂą après avoir rĂ©glĂ© une petite somme (10 dollars ? ma mĂ©moire me fait dĂ©faut), j’ai obtenu mon Examination Permit, feuille A4, amputĂ©e d’un tiers, nĂ©cessaire pour pouvoir se confronter au written test.

L’Ă©chec

J’ai malheureusement Ă©chouĂ© la première fois que j’ai passĂ© le written test. Etant « âgé » et ne buvant pas d’alcool, je n’avais pas rĂ©visĂ© les chapitres relatifs Ă  la conduite sous influence et les droits et devoirs des très jeunes conducteurs (un programme appelĂ© Early Bird Road, disponible dès 16 ans). Je me suis donc retrouvĂ© coincĂ©. Impossible d’obtenir les plaques d’immatriculation ce jour-lĂ . J’avais une voiture mais je ne pouvais pas la conduire.

Ma petite Scion tC attendant d’ĂŞtre immatriculĂ©e.

Problème supplĂ©mentaire, la vendeuse de ma Scion tC dĂ©mĂ©nageait et ne pouvait garder la voiture chez elle plus longtemps. Je ne pouvais pas non plus la laisser garĂ©e dans la rue ou sur un parking sans plaque d’immatriculation. Elle aurait Ă©tĂ© enlevĂ©e rapidement par la police.

Fort heureusement, l’hĂ´te Airbnb chez qui j’avais passĂ© mon premier mois aux Etats-Unis fut sensible Ă  ma situation. Je me suis retrouvĂ© le lendemain soir devant chez elle et la vendeuse de ma voiture est arrivĂ©e Ă  son volant. Elle l’a garĂ©e, m’a donnĂ© LA clĂ© (oui oui, une seule clĂ©, Ă  ce jour je continue de m’interroger sur ce point) et est repartie. Ma petite Scion tC n’Ă©tait plus un problème. L’esprit tranquille, je pouvais me consacrer intĂ©gralement aux rĂ©visions pour enfin dĂ©crocher ce fichu permis de conduire.

Puis la réussite

Pour la deuxième fois, j’ai mis toutes les chances de mon cĂ´tĂ© : petite sieste dans le bus jusqu’au MVC, ultimes rĂ©visions de dernière minute et barre Ă©nergĂ©tique ingĂ©rĂ©e juste avant le dĂ©but de l’examen. Au moment de franchir la porte d’entrĂ©e, j’Ă©tais confiant et dĂ©terminĂ©. Quand j’ai avancĂ© dans le MVC, le temps s’est arrĂŞtĂ©. Tous les regards se sont posĂ©s sur moi. Les gens ont fait place pour me laisser avancer jusqu’Ă  l’accueil. Je lisais de la surprise et de l’admiration dans leurs yeux. Tous avaient conscience de l’importance du moment dont ils Ă©taient tĂ©moins. Je suis arrivĂ© devant la rĂ©ceptionniste et j’ai enlevĂ© calmement mes lunettes de soleil, regardant ses mains tremblantes. Puis, j’ai relevĂ© la tĂŞte doucement, pĂ©trifiant son visage au moment oĂą mon propre visage lui fit face. Je l’ai regardĂ©e droit dans les yeux et lui ai dit : I’m back.

Elle m’a alors tendu Ă  nouveau un papier plastifiĂ© avec un numĂ©ro dessus et m’a montrĂ© la file d’attente du 6 points ID. Damn! Après avoir une nouvelle fois prouvĂ© mon identitĂ©, je me suis dirigĂ© vers la section examen du bâtiment et je l’ai repassĂ© je dois dire sans difficultĂ©s. Le stress Ă©tait pourtant bien de la partie et n’a rendu la victoire que plus savoureuse.

Après que l’ordinateur m’ait indiquĂ© que j’avais rĂ©pondu correctement Ă  40 questions, je suis allĂ© au guichet pour demander au surveillant quelle Ă©tait la suite. Il m’a fait passer un test de vision plutĂ´t simple et a inscrit sur mon Examination Permit que j’avais validĂ© l’examen.

Examination Permit validé !

L’obtention du permis Ă  proprement parler

Mais qu’allait-il se passer maintenant que j’avais ce papier dĂ©corĂ© d’un autocollant brillant ? Allais-je enfin obtenir mon permis de conduire ? Et non, pas encore. Avant ça, il fallait repasser par l’accueil, rĂ©cupĂ©rer un numĂ©ro d’attente et un formulaire intitulĂ© « APPLICATION FOR DRIVER LICENSE » et se rendre Ă  nouveau au stand 6 points ID.

Encore un formulaire Ă  remplir…

Une fois mon identitĂ© Ă  nouveau vĂ©rifiĂ©e, je suis dĂ©placĂ© jusqu’Ă  un autre guichet et j’ai montrĂ© l’ensemble de mes documents. C’Ă©tait l’Ă©tape finale ! On m’a demandĂ© de reculer pour me prendre en photo. Après quoi, j’ai vu mon permis de conduire sortir de l’imprimante. Il Ă©tait aussi beau qu’encore chaud. Quelle joie de l’avoir enfin entre mes mains.

Petite apartĂ© : aux États-Unis le permis de conduire sert aussi de carte d’identitĂ©. De fait, je ne prĂ©sente jamais mon passeport Ă  l’aĂ©roport quand je voyage localement.

Enregistrement de la voiture

Permis de conduire en main et euphorique, je me suis prĂ©cipitĂ© vers la toute dernière Ă©tape : le guichet d’obtention des plaques d’immatriculation. LĂ -bas, j’ai eu Ă  payer une taxe de 126,25 dollars, dĂ©terminĂ©e par le coĂ»t d’achat de ma voiture. On m’a ensuite demandĂ© si je souhaitais acquĂ©rir un des styles optionnels pour mes plaques. J’ai refusĂ©, mon interlocuteur est allĂ© fouiner dans l’arrière-boutique et est revenu une minute plus tard en me tendant des plaques d’immatriculation toutes neuves pour ma voiture.

Alors que je quittais enfin le MVC, l’air triomphant, je n’avais plus qu’un problème en tĂŞte. Il me fallait maintenant trouver un tournevis pour pouvoir viser les plaques d’immatriculation sur ma voiture. Un souci qui fut rapidement histoire ancienne grâce Ă  mes collègues fort sympathiques.

C’est alors qu’enfin, non sans Ă©motion, j’ai insĂ©rĂ© la clef de contact Ă  droite du volant pour dĂ©marrer ma voiture, prĂŞte Ă  quitter dĂ©finitivement son logement temporaire. Je tourne la clef et… rien ne se passe. Je recommence une fois, deux fois… stupeur ! Après toutes ces galères, ma voiture me lâcherait elle dès le dĂ©but de notre aventure ? Je panique lĂ©gèrement, ouvre le capot du moteur, prĂŞt Ă  donner un coup au dĂ©marreur. Je regarde aussi la batterie et joue avec l’embrayage. C’est alors que le miracle se produit. Le moteur rugit de plaisir ! Ce jour-lĂ , j’ai appris que pour dĂ©marrer une Scion tC manuelle, il faut appuyer sur la pĂ©dale d’embrayage en mettant le contact. J’ai commencĂ© Ă  rouler doucement, puis j’ai stoppĂ© mon vĂ©hicule dans sa course. Il me fallait un peu de musique pour fĂŞter ça. Gonna Fly Now retentit rapidement dans ma voiture pendant que je remontais heureux et fière Ă  son volant vers Princeton…

Conclusion

Assurer ma voiture, obtenir mon permis de conduire et enfin l’immatriculer n’a pas Ă©tĂ© une mince affaire. Arriver au bout de ces Ă©tapes a Ă©tĂ© l’ultime soulagement. Je pouvais enfin profiter Ă  100% des États-Unis. Une nouvelle vie s’offrait Ă  moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *